AOUT 2021: L’HYPOTHÈSE EXTRATERRESTRE

DANS LE DÉBAT SUR LES ORIGINES DES OVNIS, LES SCIENTIFIQUES SE DÉBATTENT AVEC LES POSSIBILITÉS… ET LES PRÉJUGÉS.

sources: the debrief

Dans cet article l’hypothese extraterrestre est abordée avec pragmatisme/ouverture et ce sont des scientifiques qui en parlent le mieux. Nous sommes loin ici des affirmations de pseuptiques suivi par leurs moutons de panurge prêt à se laisser mettre les œillères par leur rhétorique bien huilée.

Ces ufologues sectateurs de la nouvelle ufologie oublient sciemment les éléments abordés ici et qui il faut le dire interrogent les vrais scientifiques. Ces derniers d’ailleurs sont partagés et on ne peut pas dire qu’il y ai consensus sur le rejet de l’HET. Bref quand je lis chez les PS que l’het est infalsifiable, ou encore que quand on leur demande des cas solides, ils ne parlent jamais du tic-tac du cas NIMITZ , peut être un des cas que l’on peut qualifier de « vrai-ovni« .

Le phénomène libéré du soucoupisme bâtis par les ufologues zélés et intéressés est un phénomène qui peut être un objet scientifique d’une façon ou d’une autre. De fait l’inanité des arguments des pseuptiques pour noyer ce phénomène dans ce qui se fait de pire est ici mis en lumière ! Bonne lecture !

Alors que l’intérêt pour les ovnis atteint des sommets sans précédent, une théorie privilégiée sur leur origine présente de nouveaux défis pour les scientifiques.
MICAH HANKS – 30 AOÛT 2021

Peu de gens contesteraient le fait que les ovnis ont connu un regain d’intérêt de la part du public ces dernières années. Selon des données récentes, il semble également que davantage d’Américains soient prêts à envisager la possibilité que ces mystères aériens puissent représenter un phénomène non reconnu par la science.

Une récente enquête Gallup a révélé que si la moitié des Américains restent sceptiques quant aux observations d’ovnis, ce chiffre a chuté de dix points depuis 2019, année où des enquêtes similaires avaient révélé que 60 % des Américains émettaient des réserves quant à l’idée que les ovnis puissent avoir des explications autres que terrestres.

Une chose que les nouvelles données de Gallup semblent traduire est l’impact que l’implication récente du gouvernement américain dans la question de longue date des ovnis a eu sur l’opinion publique. La présence de phénomènes aériens non identifiés, ou UAP comme les militaires préfèrent les appeler, a apparemment été confirmée par la publication d’une évaluation préliminaire de neuf pages en juin par le groupe de travail UAP de la marine (UAPTF), qui a fait état de 144 cas impliquant des objets d’origine inconnue observés par des pilotes militaires et d’autres qui restent actuellement inexpliqués.

La plupart de ces incidents ont été recueillis après l’institution d’un mécanisme de signalement formalisé par la Marine en 2019, l’année même où des enquêtes antérieures de Gallup ont révélé que plus de la moitié des Américains restaient sceptiques quant à l’origine extraterrestre possible de tels objets. Fin 2020, l’armée de l’air américaine a fait de même, les données combinées de la marine et de l’armée de l’air constituant la majorité des rapports discutés dans le cadre de l’évaluation de la Task Force remise au bureau du directeur du renseignement national (ODNI) à la fin du mois de juin.

Selon le rapport, des informations supplémentaires sont également fournies par plusieurs autres agences, dont la FAA, qui a confirmé ces derniers jours, dans une déclaration fournie à The Debrief, son propre rôle dans la documentation des incidents UAP qui peuvent être corroborés par des données radar ou autres au nom de l’UAPTF. Notamment, l’inclusion des données de la FAA semblerait indiquer que certains rapports d’incidents de pilotes civils font également partie des 144 incidents que l’UAPTF a actuellement examinés.

L’hypothèse extraterrestre

Dans les jours qui ont suivi la remise du rapport à l’ODNI, plusieurs médias ont tenté de s’emparer de l’intérêt général suscité par le sujet. Quelques jours à peine après la remise de l’évaluation préliminaire de l’UAPTF, le comité de rédaction du New York Post a qualifié la plupart des « nouvelles » récentes sur les ovnis de « clickbait », visant à tirer profit de l’intérêt généralisé pour le sujet, plutôt que de contribuer de manière significative à la discussion en cours.

Oui, les ovnis et les « petits hommes verts » sont amusants et ont inspiré des tonnes de fictions divertissantes », peut-on lire dans l’éditorial du Post. « Mais la communauté du renseignement américain a eu tout à fait raison de déverser toutes les théories de la conspiration et les absurdités du genre ‘Ils sont vraiment là’ dans son rapport sur les observations de phénomènes aériens non identifiés (UAP). » Bien que le comité de rédaction du Post ait noté que les sources extraterrestres n’étaient pas spécifiquement exclues dans le rapport de juin, « il ne fournit également aucune preuve soutenant les théories extraterrestres. »

Plus récemment, The Guardian a noté que la fascination actuelle des gens pour les OVNIs est principalement « enracinée dans l’espoir », tandis qu’ailleurs, le Washington Post Magazine a soutenu que ce qu’il appelle la « manie des OVNIs » actuelle doit tout simplement prendre fin.

Comme le montrent les récentes données de l’institut Gallup, il n’est pas étonnant que les OVNIs soient dans l’esprit de tant d’Américains ces derniers temps. Grâce en grande partie à l’anticipation de la remise du rapport de l’UAPTF à l’ODNI, les OVNIs ont fait l’objet d’une attention médiatique plus soutenue et plus sérieuse que depuis des décennies au cours du premier semestre 2021. En conséquence, le New York Post note à juste titre que de nombreux médias semblent avoir pris le train en marche pour réclamer leur part du trafic lié à l’attention portée à ce sujet. C’est une tendance qui s’est lentement construite depuis fin 2017, suite à un article du New York Times révélant l’existence du programme avancé d’identification des menaces aérospatiales (AATIP) du Pentagone, qui analysait les phénomènes aériens susceptibles de poser un défi à la sécurité nationale.

Cependant, il y a autre chose que les récentes données de Gallup révèlent sur l’attitude des gens à l’égard des ovnis. Depuis 2019, les Américains semblent non seulement avoir adouci leur scepticisme à l’égard du sujet, mais semblent également plus disposés à accepter l’idée que le phénomène puisse représenter une preuve de technologie extraterrestre. Dans la récente enquête, 41% des adultes américains associent désormais également leur croyance dans les ovnis à des engins spatiaux extraterrestres, ce qui représente une hausse de huit points par rapport à 2019, lorsque des enquêtes similaires ont révélé que seulement 33% des Américains avaient cette opinion.

Et certains scientifiques pensent que cela pourrait représenter un problème pour l’avenir.

LES SCIENTIFIQUES RESTENT DIVISÉS SUR L’HYPOTHÈSE EXTRATERRESTRE

« Dans la recherche de la vie extraterrestre, les scientifiques doivent faire preuve d’une grande ouverture d’esprit. Et cela implique d’encourager dans une certaine mesure les idées et les techniques non conventionnelles », écrit Peter Vickers, professeur associé de philosophie des sciences à l’université de Durham, dans un article pour The Conversation.

Cependant, même dans une communauté scientifique où l’ouverture d’esprit à l’égard des idées non conventionnelles peut être occasionnellement encouragée, beaucoup fixent une limite lorsqu’il s’agit d’ovnis.

« Je n’ai aucun doute sur l’existence d’une intelligence extraterrestre », a déclaré l’astronome principal de l’Institut SETI, Seth Shostak, à CBS en mai. « Mais c’est une autre chose de dire : ‘Non seulement ils sont là, mais ils sont venus nous rendre visite!' »

Pour Shostak, un homme qui a consacré la majeure partie de sa carrière professionnelle à la recherche d’une intelligence extraterrestre, les preuves actuelles présentées par les partisans des ovnis ne sont tout simplement « pas bonnes. »

Bien que Shostak et de nombreux autres scientifiques tiennent les ovnis à l’écart de la recherche de vie extraterrestre, l’hypothèse extraterrestre (telle qu’elle est connue principalement par les partisans des ovnis) représente toujours une possibilité valable quant à l’origine de ces objets.

Le problème, c’est qu’elle est également chargée d’un lourd bagage historique.

Dans les années qui ont immédiatement suivi la Seconde Guerre mondiale, il aurait été difficile de ne pas s’inquiéter de la présence dans le ciel américain d’avions avancés et non reconnus. L’apparition de ce que l’on a d’abord appelé les « soucoupes volantes » doit être replacée dans ce contexte : bien que les plaisanteries et les coups de gueule sur les « hommes de Mars » et les extraterrestres aient commencé à apparaître presque immédiatement dans les journaux américains, ce n’est pas cette interprétation qui a justifié l’attention de l’US Air Force. Il s’agissait plutôt de l’inquiétude que les Soviétiques puissent posséder une nouvelle technologie capable de surveiller, voire de lancer des attaques contre les États-Unis.

Il ne fallut pas longtemps pour conclure que les objets observés dans l’espace aérien américain n’appartenaient probablement pas aux Soviétiques.

En janvier 1950, la nouvelle d’une « estimation de la situation » top secrète de l’armée de l’air est devenue publique grâce au major Donald E. Keyhoe, ancien membre du corps des Marines et collaborateur de magazines populaires de l’époque. C’est dans son article de 1950, « Flying Saucers Are Real », que Keyhoe affirme non seulement que ces objets existent, mais qu’ils proviennent de l’espace. Citant des exemples tels que la mort du pilote Thomas Mantell, dont l’avion s’est écrasé alors qu’il poursuivait ce que lui et d’autres ont décrit comme un grand disque métallique, et l’histoire électrisante d’un grand engin ressemblant à une fusée incandescente vu au-dessus de l’Alabama en juillet 1948 par les pilotes Clarence S. Chiles et John B. Whitted, Keyhoe a fait passer l’idée qu’il n’y avait tout simplement pas de meilleure source pour ces mystères aériens que l’espace.

Selon certaines estimations, son article True de 1950 est toujours considéré comme l’un des plus lus et des plus discutés de tous les temps. En effet, Keyhoe a réussi à vendre cette « hypothèse extraterrestre » à un lectorat américain intéressé. Avec l’aide de Keyhoe, les soucoupes avaient finalement atterri sur des pistes faiblement éclairées dans l’imagination du public, et leurs occupants extraterrestres avaient maintenant été exposés.

EXTRATERRESTRES, ET AUTRES ALTERNATIVES

Le problème avec tout cela, c’est qu’il n’y a jamais rien eu de concluant comme preuve à l’appui de cette idée. C’était vrai en 1950, et c’est toujours le cas plus de 70 ans après la publication de l’article de Keyhoe.

Malgré cela, de nombreux partisans modernes semblent conclure qu’il n’y a pas d’autres possibilités réalistes, et donc, tout comme Keyhoe l’a soutenu, les OVNIs doivent être extraterrestres.

« Les États-Unis ont la plus haute technologie militaire du monde. Point final. Tout le monde au Pentagone, jusqu’aux cireurs de sol, le sait », peut-on lire dans une citation de Stephen Bassett, directeur exécutif du Paradigm Research Group (PRG), parue dans l’une de ses lettres d’information datée du 6 juin 2021. Selon son site Web, le PRG est un groupe de défense qui cherche depuis des années à exposer les connaissances du gouvernement sur « une présence extraterrestre engageant la race humaine. »

Selon Bassett, « il ne reste qu’une seule option pour expliquer non pas 120 incidents au cours des deux dernières décennies, mais des milliers d’incidents depuis 1947, et cette explication est extraterrestre. »

La déclaration de Bassett était une réponse à un article du New York Times publié avant la remise de l’évaluation préliminaire du groupe de travail UAP à l’ODNI en juin.

Tous les partisans de l’étude des phénomènes aériens inhabituels ne sont pas aussi convaincus qu’ils doivent avoir une source extraterrestre. David Clarke, professeur de journalisme et de folklore, a été consultant et porte-parole des Archives nationales britanniques pendant la période où le ministère de la Défense a publié ses dossiers sur les ovnis. M. Clarke affirme que, même s’il hésite à établir un lien entre les observations d’ovnis et les extraterrestres, il a trouvé dans les dossiers du ministère de la défense des cas qui l’ont laissé perplexe.

« Il y a des tas et des tas de récits et d’expériences que je trouve tout à fait déroutants, mais ce ne sont pas vraiment ceux qui sont bien connus », dit Clarke. « Si j’expliquais certaines de ces histoires, vous n’en auriez jamais entendu parler avant, parce que personne ne les connaît. Elles ne sont pas aussi médiatiques. »

Cependant, en parlant avec le Dr Clarke au sujet de ses recherches, il s’est abstenu de dire que tous les rapports d’OVNI peuvent être facilement expliqués.

« Je n’essaie pas une seule minute de suggérer que la science a une explication pour tout », dit Clarke, ajoutant qu’en ce qui concerne les OVNIs, « je ne le pense certainement pas du tout ».

Clarke dit qu’en plus des rapports qu’il a découverts lors de ses propres recherches dans les archives du ministère de la Défense, il a été particulièrement intrigué par les conclusions du projet Condign, une étude secrète sur les ovnis que le Defence Intelligence Staff (DIS) du gouvernement britannique a menée entre 1997 et 2000. Elle a débouché sur un rapport en quatre volumes et 460 pages sur les résultats du projet, dans lequel son auteur concluait « que l’existence des UAP est indiscutable… [ils] peuvent clairement présenter des caractéristiques aérodynamiques bien supérieures à celles de tout avion ou missile connu – qu’il soit habité ou non. »

« Quand j’ai réellement lu cela, et que j’ai mis la main sur ce rapport il y a vingt ans, c’était une conclusion assez stupéfiante », dit Clarke. « Voilà donc le type, l’expert en ovnis du ministère de la Défense, qui disait en fait ‘eh bien, j’ai étudié cela pendant trente ans. Ma conclusion est que ces choses existent.' »

Si les conclusions du projet Condign semblaient confirmer l’opinion du ministère de la Défense sur l’existence des ovnis, elles ne faisaient pas le lien entre ces phénomènes aériens et les théories sur une présence extraterrestre sur Terre.

« Ce ne sont pas des extraterrestres », déclare Clarke à propos des conclusions du rapport. « Ce ne sont pas des extraterrestres, mais une sorte de plasma atmosphérique. C’était son explication. »

Pour Clarke, le fait que le projet Condign laisse ouverte la possibilité qu’un phénomène encore non reconnu puisse expliquer les ovnis « était presque comme une invitation aux scientifiques à dire ‘hé, venez jeter un coup d’œil à ces données’. Ce type prend la chose au sérieux ». Clarke ajoute que l’auteur du rapport « avait accès à de nombreuses données secrètes que beaucoup de scientifiques atmosphériques moyens n’auraient peut-être pas pu consulter ».

« Mais personne ne semble s’y intéresser », déplore-t-il. « Ce n’est pas du showbiz, n’est-ce pas ? »

« Les plasmas atmosphériques ne sont pas aussi intéressants ou aussi sexy que les extraterrestres dans les vaisseaux spatiaux », répond Clarke. « Donc les médias ne vont pas se lancer sur ce terrain-là ».

L’HYPOTHÈSE EXTRATERRESTRE : UNE PERSPECTIVE SCIENTIFIQUE

L’héritage de l’hypothèse extraterrestre est un héritage qui a duré suffisamment longtemps pour qu’il soit ancré dans notre culture, et de ce fait, il imprègne une grande partie de notre pensée actuelle sur les ovnis. La présence de ce « parti pris ET » dans le dialogue actuel crée des difficultés pour les scientifiques qui souhaitent examiner objectivement le sujet OVNI, tout en prenant au sérieux la possibilité d’une visite extraterrestre sans y adhérer.

Robert Powell, membre du conseil d’administration et cofondateur de la Coalition scientifique pour les études sur les UAP (SCU), un groupe qui applique la science à la résolution de la question des ovnis et des UAP, indique clairement que si l’hypothèse extraterrestre pourrait un jour être validée, elle n’est pour l’instant qu’une possibilité.

« Une hypothèse est simplement cela. C’est la théorie qui correspond le mieux aux faits et à ce que nous savons aujourd’hui », déclare Powell. « Cela ne veut pas dire que nous avons affirmé qu'[un ovni] est un vaisseau spatial extraterrestre ».

Avant son travail avec l’UCG, Powell a été directeur de la recherche au Mutual UFO Network (MUFON) de 2007 à 2017 et a créé le conseil d’examen scientifique de l’organisation en 2012. Bien qu’il souligne que les théories sur les technologies extraterrestres ne sont qu’hypothétiques, il affirme également qu’elles constituent une approche logique pour éventuellement comprendre le phénomène.

« Ce que nous disons, c’est que l’hypothèse extraterrestre est la meilleure des hypothèses que nous avons trouvées pour expliquer l’UAP », explique Powell, ajoutant que « quelqu’un pourrait toujours trouver de meilleures hypothèses, ou nous obtenons de nouvelles données qui nous font changer d’avis. »

Si certains scientifiques comme Powell considèrent l’hypothèse extraterrestre comme potentiellement utile en tant que modèle explicatif pour comprendre l’UAP, d’autres considèrent que le problème de la catégorisation de l’UAP sur la base de nos connaissances actuelles du phénomène est quasiment impossible à l’heure actuelle.

« Les UAP confirmés défient complètement toute imagination raisonnable que nous pourrions avoir », a déclaré Kopparapu à The Debrief dans un courriel. « Je ne les classerais pas, à ce stade, dans la catégorie des technosignatures parce qu’il n’y a aucune preuve, à ma connaissance, qui pourrait indiquer qu’elles proviennent d’une civilisation technologique. »

Kopparapu, bien qu’intéressé par l’étude des UAP, s’inscrit en faux contre ceux qui concluent que, puisqu’ils ne peuvent pas être facilement expliqués, les UAP ne sont pas un problème.
Kopparapu, bien qu’intéressé par l’étude des UAP, s’oppose à ceux qui concluent que, puisqu’ils ne peuvent être facilement expliqués, ils doivent donc représenter des technologies extraterrestres.

« ‘Que pourraient-ils être d’autre ?’ n’est pas une explication scientifique », déclare Kopparapu. « Nous avons besoin de preuves tangibles. Et pour recueillir des preuves tangibles, nous avons besoin d’une collecte systématique de données sur les UAP, ou d’un accès à des données qui ont peut-être déjà été recueillies. »

DES SCIENTIFIQUES CHERCHENT À ACCÉDER AUX DONNÉES SUR L’UAP

Kopparapu est l’un des nombreux scientifiques qui, ces derniers jours, ont fait remarquer que les efforts actuels de collecte d’informations sur l’UAP par le gouvernement américain seront peu utiles aux scientifiques si les données restent classifiées.

« Le ciel n’est pas classifié », a écrit l’astronome de Harvard Avi Loeb dans un article pour Scientific American en juin, ajoutant que « seuls les capteurs appartenant au gouvernement le sont ». En recherchant des phénomènes inhabituels dans les mêmes lieux géographiques d’où proviennent les rapports UAP, les scientifiques pourraient éclaircir le mystère dans une analyse transparente de données ouvertes. »

« Lorsque le rapport UAP a été remis au Congrès, il m’a beaucoup intrigué », a récemment déclaré Loeb à The Debrief, « car il définissait certains objets comme réels parce qu’ils étaient détectés par de multiples instruments, de sorte qu’ils ne pouvaient pas être un dysfonctionnement d’une caméra particulière ou une hallucination d’un pilote. Et en même temps, il suggère que le gouvernement ne connaît pas la nature de ces objets. »

« C’est un aveu inhabituel de la part des agences de renseignement », dit Loeb, « car elles sont payées pour comprendre ce qui vole dans notre ciel. Et ils admettent au Congrès qu’ils ne peuvent pas le découvrir. »

« Donc, à ce moment-là, il m’est apparu clairement que ce sujet devait sortir des points de discussion des politiciens et des militaires, pour entrer dans le domaine de la science.
Dans les jours qui ont suivi l’arrivée du rapport préliminaire du groupe de travail UAP, Loeb a annoncé le lancement du projet Galileo, un effort que lui et d’autres astronomes entreprendront pour tenter d’obtenir des images à haute résolution et d’autres données liées à l’UAP.

« Je ne saurais trop insister sur l’importance de disposer des données pour que les scientifiques sachent ce qu’ils sont », a déclaré Kopparapu à The Debrief. « Sans accès aux données appropriées, les hypothèses non fondées et les théories de la conspiration prennent le vide créé par l’absence d’une hypothèse fondée sur la science. J’assimile cela aux superstitions que nous avons eues au cours des siècles jusqu’à ce que la science les remplace. »

Bien que l’exploration de la possibilité que certaines UAP puissent avoir des origines extraterrestres ne soit pas en soi une théorie de la conspiration, au cours des décennies, d’innombrables affirmations ont été faites concernant des dissimulations présumées d’une réalité extraterrestre par le gouvernement américain. Ces allégations s’ajoutent aux histoires d’enlèvements par des extraterrestres, de récupération d’épaves de vaisseaux ou de technologies extraterrestres et à une foule d’autres allégations concernant des visites d’extraterrestres sur Terre.

Malgré le large soutien qu’elles reçoivent souvent de la part de nombreux partisans des phénomènes aériens non identifiés, la majorité de ces affirmations restent sans fondement. Même si elles étaient vraies, aucune preuve concluante de l’existence d’extraterrestres ou de leurs technologies n’a jamais fait surface et n’est capable de satisfaire aux exigences de la science, et encore moins de produire une hypothèse vérifiable.

Malgré ses préoccupations concernant les théories non fondées – extraterrestres ou autres – qui ont souvent orienté le récit des ovnis et des UAP dans le passé, Kopparapu ne doute pas de la présence d’un phénomène authentique derrière les rapports les plus crédibles.

« Les UAP sont réels et ils existent », affirme Kopparapu. « Nous voyons beaucoup d’entre eux dans nos cieux. Certains peuvent avoir des explications parfaitement sensées, mais ils ne peuvent pas tous être expliqués. Ce genre de raisonnement n’est pas scientifique. »

Bien qu’il soit sûr de leur existence, rien de ce que Kopparapu a étudié sur ces phénomènes ne les rend moins perplexes.

« En tant que scientifique, je suis tout simplement déconcerté par le fait qu’ils présentent des caractéristiques que nous ne comprenons pas, et que nous n’y prêtons pas attention. Ils méritent absolument une étude scientifique, probablement l’une des études les plus intéressantes. Nous l’avons fait aux États-Unis il y a quelques décennies. D’autres pays les ont également étudiés, ce n’est donc pas spécifique aux États-Unis. »

Que la solution ultime à la question des ovnis trouve ses racines dans des technologies venues d’autres mondes ou dans des phénomènes issus d’ici, sur Terre, les résultats des futures études pourraient un jour apporter une résolution au débat. Aujourd’hui, les scientifiques sont encore loin de pouvoir tirer des conclusionsk sur les mystérieux phénomènes aériens qui ont fait l’objet de tant d’attention ces derniers mois, et qui ont ravivé l’imagination de ceux qui s’interrogent sur la plus grande des questions : sommes-nous seuls ?
Pour Kopparapu, cependant, la voie à suivre est claire.
« Nous avons besoin de données sur eux, et toutes les données collectées [doivent être] mises à disposition », déclare Kopparapu.

Author: Antony.S
Intéressé par le phénomène OVNI depuis une quinzaine d’année, j’en arrive à me dire qu’il y a peut être un signal à réellement étudier. C’est pour cela que je combat l’approche pseudo sceptique, pas les TC car ils se décridibilisent eux-même...Pour le reste je reste anonyme car ma profession implique un devoir de réserve.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.