Article sur les UAP de Avi Loeb

source : scientific american

Pour comprendre les UAP, nous avons besoin d’images mégapixels

Si l’un d’entre eux représente une technologie avancée, des photographies à haute résolution pourraient nous dire s’il porte l’étiquette métaphorique « Made in China » ou « Made on Exoplanet X ».

Le rapport du Pentagone sur les phénomènes aériens non identifiés (UAP) qui a été remis au Congrès le 25 juin est suffisamment intriguant pour motiver une enquête scientifique visant à déterminer la nature de ces phénomènes. La nature des UAP n’est pas une question philosophique. Ce n’est pas non plus une énigme que l’on devrait demander aux politiciens de résoudre, pour la même raison que l’on ne devrait pas demander aux plombiers de faire des gâteaux. Les décideurs politiques ou le personnel militaire n’ont pas une formation scientifique suffisante pour résoudre ce mystère, et espérer qu’ils y parviennent d’une manière ou d’une autre ressemble à l’expérience frustrante des personnages de la pièce de Samuel Beckett « En attendant Godot ».

Dans ces circonstances, les scientifiques devraient trouver la réponse par le biais du processus scientifique standard, basé sur une analyse transparente des données ouvertes. La tâche se résume à obtenir une image haute résolution de l’UAP. Une image vaut mille mots. Plus précisément, une image mégapixel de la surface d’un objet inhabituel nous permettra de distinguer s’il porte l’étiquette métaphorique « Made in China » ou « Made in Russia » de l’alternative : « Made on Exoplanet X. »

Considérons un objet de la taille d’une personne à une distance de 1,5 km. Supposons que nous souhaitions résoudre des caractéristiques aussi petites que la largeur d’une lettre dans ce texte. Cela équivaut à résoudre un millième de la taille de la personne, ce qui nécessiterait d’obtenir une image mégapixel. En optique, le critère de Rayleigh implique que la meilleure résolution angulaire d’un télescope se situe à la « limite de diffraction », soit approximativement la longueur d’onde de la lumière divisée par le diamètre de l’ouverture. Pour la lumière visible, la résolution souhaitée dans notre exemple peut être obtenue par un télescope d’un diamètre d’un mètre, qui peut être acheté en ligne dans le commerce.

Le télescope devrait être relié à une caméra appropriée, le flux de données résultant étant transmis à un système informatique – où un logiciel optimisé filtrerait les phénomènes transitoires intéressants au fur et à mesure que le télescope couvre le ciel de son champ de vision. L’étude initiale pourrait commencer à partir d’un grand champ de vision, mais ensuite zoomer sur l’objet d’intérêt au fur et à mesure qu’il est suivi dans le ciel. Les UAP pourraient changer leur position dans le ciel beaucoup plus rapidement que n’importe quelle source astronomique située à grande distance.

Mais il faut aussi les distinguer des oiseaux, des avions, des satellites ou des artefacts instrumentaux. La fidélité réelle de l’image sera limitée par le flou dû à la turbulence atmosphérique et dépendra donc de l’élévation et de la distance de l’UAP. Le relevé du ciel devra également s’étendre sur une période de temps suffisamment longue pour que la détection des UAP soit probable. Il s’agit là de défis majeurs.

Les télescopes peuvent être placés dans des lieux géographiques qui maximiseront les chances de reproduire les rapports d’UAP passés. Des caméras vidéo moins coûteuses et de moindre résolution peuvent être réparties sur un plus grand nombre d’endroits dans le monde afin de réaliser une étude complète de l’ensemble du ciel. Il existe des installations astronomiques, telles que ZTF, LCO, TAOS, ASASSN ou PanSTARRS, déjà en place dans des endroits éloignés pour la tâche différente de la recherche d’objets transitoires qui ne se déplacent pas dans le ciel aussi rapidement que les UAP. Le volume de données augmentera considérablement lorsque l’installation VRO/LSST au Chili commencera à fonctionner en 2023. Les réfractaires à l’UAP demandent souvent pourquoi les caméras capturent invariablement des images floues d’objets non identifiés. La réponse est simple : leurs ouvertures sont des centaines de fois plus petites que celles des télescopes à l’échelle du mètre.

Le coût de la mise en place d’un réseau de télescopes adaptés est inférieur au montant investi jusqu’à présent dans la recherche de la nature de la matière noire. Nous ne savons pas quelles particules constituent la majeure partie de la matière dans l’univers. C’est une recherche compromise par les incertitudes, tout comme la recherche des UAP. Mais si certaines UAP sont d’origine extraterrestre, les implications seraient bien plus importantes pour la société que de prouver que la matière noire est constituée de particules massives à faible interaction (WIMP) par opposition à autre chose. La découverte d’une origine extraterrestre pourrait bien changer la façon dont nous percevons notre place dans l’univers, nos aspirations pour l’espace, nos croyances théologiques et philosophiques et même la façon dont nous traitons les autres humains.

Et toutes ces implications peuvent être déclenchées par une seule image mégapixel obtenue à un coût raisonnable. Lors d’un forum auquel j’ai participé récemment au sujet de mon livre Extraterrestre, on m’a demandé quelle était la probabilité préalable attribuée à la possibilité que l’étrange objet interstellaire ‘Oumuamua ou UAP soit d’origine extraterrestre. J’ai précisé qu’elle était inconnue, tout comme dans le cas de la matière noire étant des WIMPs. Mais comme une image mégapixel de UAP est abordable et présente un grand intérêt pour le public et le gouvernement, nous devrions tout simplement en obtenir une. En effet, une image d’un objet semblable à ‘Oumuamua vaudrait 66 000 mots – le nombre de mots de mon livre. Nous ne devrions pas chercher à obtenir des données auprès de capteurs appartenant au gouvernement qui n’ont pas été conçus à cette fin, mais plutôt collecter nos propres données scientifiques de pointe de manière reproductible. La plupart du ciel au-dessus de nous n’est pas classifié.

Lors d’un entretien que j’ai récemment eu avec un jeune public dans le cadre d’un podcast, ils étaient d’accord : « Faisons-le. » Il était rafraîchissant de voir les yeux dans les yeux les porteurs de flambeau de l’avenir, ainsi que les bailleurs de fonds potentiels du projet d’imagerie UAP, le tout dans la même semaine. Un jour plus tard, Rahel Solomon de CNBC m’a posé la question suivante : « Comment comptez-vous célébrer la Journée de l’UAP ? » Reconnaissant pour le rappel, j’ai répondu : « Nous aurons probablement besoin de nos ordinateurs pour comprendre la nature de l’UAP, et mon plan est donc de célébrer cette journée avec mon ordinateur. »

Author: Antony.S

1 thought on “Article sur les UAP de Avi Loeb

  1. Bonjour Antony.S

    Félicitations pour votre blog !!!!.
    Depuis 10 années, je m’intéresse à ce phénomène et dès le début, j’ai dit qu’il nous fallait tout simplement un des « outil(s) » que nous n’avions pas encore pour comprendre les UAP. je ne dois pas avoir tout à fait tort car c’est un scientifique qui souligne cette évidence. En effet, il est temps pour nous de comprendre que nos sens qui nous permettent d’appréhender l’environnement tel qu’il doit se présenter à nous pour survivre, vivre et évoluer n’est qu’une partie de la réalité physique et que tout ce qui ne nous est pas nécessaire est hors de notre portée pour ne pas saturer notre cerveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *